Une fois de plus, les faits-divers de Mayotte sont présentés aux Français avec des titres
sensationalistes: “L’île est en feu”, “au bord de la guerre civile”,…
L’île a voté en 1973 pour rester française, à la différence de ses 3 îles soeurs, du même
archipel des Comores. Puis le niveau économique de l’île a dépassé celui de ses voisines
comoriennes, suscitant vingt ans plus tard une migration économique des comoriens vers
Mayotte. En 1995, Balladur décide, contre l’avis des Comores et de l’O.N.U., d’exiger des
comoriens un visa d’entrée, stoppant donc le flux libre entre ces îles. Les “clandestins”
apparaissent. En 2021, ils représentent l’équivalent de la population “régulière” (mahorais et
comoriens avec visas), soit 50% de la population totale.
La départementalisation, signifiant l’adoption des droits et devoirs des français est
plébiscitée par les mahorais en 2011. 11 ans après, elle n’est toujours pas appliquée et le
ministre de tutelle, Lecornu, annonce qu’il faudra encore attendre 10 ans…
Ainsi, les minima sociaux restent inférieurs à ceux de métropole: S.M.I.G. , le R.S.A. ,
..alors que l’île compte 30 % de chômeurs. Le droit du sol ne s’y applique presque plus. Les
migrations internes à la France sont interdites à Mayotte, où un comorien en règle est quand
même interdit de séjour dans les autres départements .. De brillants bacheliers ne pouvant
aller étudier en métropole car sans papiers français, même s’ils sont nés à Mayotte. Plus de
5000 jeunes, Français de culture mais pas d’état civil, arrivent dans cette impasse chaque
année. Le défenseur des droits humains Jacques Toubon, s’était ému de telles distorsions
et avait demandé que la loi française s’applique réellement à Mayotte…
https://www.linfo.re/ocean-indien/mayotte/mayotte-jacques-toubon-evoque-un-probleme-
majeur-d-acces-aux-droits
La marmite sociale est ainsi en ébullition avec une cascade connue: record national de
chômage, injustice sociale criante, omniprésente, délinquance galopante, nihilisme
meurtrier avec des groupes de jeunes adultes se battant pour se battre ..
Pour la première fois de leur histoire,en 2021, les autochtones désavouent le gouvernement
en place. Macron arrive 3ème au premier tour des présidentielles ,derrière J.L. Mélenchon,
dans une île où la gauche était quasiment inexistante. Marine Le Pen y remporte le 2ème
tour avec 60% des voix dans le seul département musulman de France !!
Ils répètent les slogans xénophobes du macronisme, de la droite, de l’extrême droite :
dehors les clandestins! Plus de forces de l’ordre! Les mêmes idées depuis presque 30 ans,
malgré leur échec patent, qui les poussent donc maintenant à la surenchère fascisante.
La jeunesse observe ses parents, moins érudits, parfois analphabètes, souvent pourvus
d’une simple éducation primaire, occuper des postes pourtant plus rémunérateurs .
A leur tour, les jeunes ne veulent plus respecter la tradition : plus instruits, peu pratiquants
(30 à 50% d’entre eux ne pratiquent pas le ramadan), au fait de leurs droits et de l’injustice
subie , ils le font savoir dans la rue. Et rappellent cette chanson des Clash : “ I fought the
law, and the law won” (Je me suis battu contre la loi, et elle a gagné).
N’attendez pas une telle description des journalistes des médias dominants : dominés,
conformistes, en métropole. Les faits-divers se produisent et se vendent mieux que la
dénonciation de 3 décennies d’erreurs libérales, tremplin pour l’extrême droite.
La CISE demande en urgence l’application immédiate et totale de la loi française à Mayotte.
Vincent Buard
25 Novembre 2022

Partagez
Tweetez