CISE logo

Le statu quo pour les Français de l’étranger

consulat

Alors que le gouvernement essaye de sauver les apparences d’un budget 2023 désastreux pour les Français de l’Étranger en s’adonnant à la rédaction d’une tribune, nous continuons à assister à la paupérisation du réseau consulaire et des Français de l’Étranger eux-mêmes. Après des années et des années de baisses des effectifs, le gouvernement claironne que pour la première fois il va créer des postes de fonctionnaires ! La belle affaire. D’un côté 30% de postes supprimés depuis 10 ans, de l’autre, une centaine recréés cette année dont 11 pour les consulats, le reste en central à Paris. C’est au-delà du mépris des Français de l’Étranger quant on connaît les problèmes d’accès au service public consulaire pour nos compatriotes.

Outre cela, le gouvernement a rejeté la création d’un fonds d’urgence pour les Français de l’Étranger, l’augmentation de la participation de l’état à la Caisse des Français de l’Étranger, la revalorisation des aides sociales pour tenir compte de l’inflation et de la situation post-COVID pour ceux dont la situation est toujours précaire, l’alignement des critères pour accéder à l’allocation adulte handicapé sur les mêmes critères qu’en France, l’augmentation de l’enveloppe des bourses scolaires, l’aide à certains lycées français dans de graves situations financière.

Non seulement le compte n’y est pas, mais le gouvernement passe en force avec des 49.3 dégainés à la chaîne, oubliant bien vite de « vouloir faire du consensus ».

Emmanuel Macron voulait faire du neuf, de l’innovation ! Il fait du vieux, de la politique XXe siècle alors que la maison brûle climatiquement et socialement. La colère gronde.

Alexandre Chateau-Ducos

29.10.2022

Partager sur :

Nos articles similaires

Prix du développement Durable 2023 de l’Assemblée des Français de l’Etranger

Communiqué de la CISE sur les crimes de guerres commis en Israël et à Gaza depuis le 7/10/23

La Confédération Internationale Solidaire et Écologiste (CISE) , mue par la solidarité et le respect des droits de l’homme partout dans le monde, condamne les crimes de guerre (convention de Genève).

L’extrême droite contre l’écologie

Qu’est-ce qu’être écologiste ? Est-ce seulement aimer les balades en pataugas à l’air pur ? Dans ce cas qui ne l’est pas ? La question revient alors à la possibilité de le faire.