CISE logo

Pas si grave que ça et même tant mieux

L’affaire des sous-marins australiens a défrayé la chronique en France. Les commentateurs ont relayé l’indignation d’une classe politique quasi-unanime, même à gauche. Le coup de poignard dans le dos, la duplicité des Américains qui n’en finissent pas de décevoir, des Anglais toujours malveillants en affaires ont été autant de prêts à penser qui ont tenu lieu de réflexion.

« La crise des sous-marins » ne résiste pourtant pas à une analyse de relations internationales classique. Les Australiens, face à une Chine dont la menace s’accroit en Asie du sud, repensent leur sécurité en s’appuyant sur une solidarité anglo-saxonne bien enracinée dans l’histoire. Cette décision est somme toute logique eu égard à ce que l’on appelle l’Etat profond en sciences politique.

C’est effectivement un coup dur pour Naval group dont un tiers des parts est détenu par Thales mais doit-on s’en offusquer ? Pour nous, à gauche, le contraste est saisissant. Nous aurions bien aimé l’année dernière qu’il y ait une aussi belle unanimité pour lancer des cris d’orfraie après la publication d’Amnesty International sur les ventes d’armes dans le monde. La France se place au 3e rang derrière les Etats-Unis et la Russie. Être sur ce podium n’est pas glorieux mais indécent. Honteux aussi que la France ne respecte pas le traité sur le Commerce des armes qu’elle a pourtant ratifié. 35 milliards, peut-être, (et pour qui ?) mais si on devait mettre dans la balance des innocents qui périssent à cause des armes françaises, quel camp devrions-nous choisir ? Le primat de l’économique, quoi qu’il en coûte, sur la morale semble être devenu la norme. Voilà une bonne question qui mériterait d’être évoquée lors du débat pour la présidentielle l’année prochaine. Sans aucun doute possible la moralisation de la politique, affaires étrangères incluses, est un dénominateur commun parmi les électeurs de gauche. A la CISE, nous avons une position claire sur la promotion de la paix qui passe par le désarmement.

William Gueraiche

Partager sur :

Nos articles similaires

Vivent les Communicants !

Editorial du 10ème "Vert luisant", Journal des écologistes français du Luxembourg

Pétitions signées par la CISE en mars et avril 2024

Marche des solidarités. Soutien au syndicaliste CGT. Non à la criminalisation. Appel du premier mai.

Création d’un comité local d’Izquierda Unida à Stockholm (12 avril 2024)

La fédération extérieure du parti de gauche Izquierda Unida a créé un comité local à Stockholm, un événement auquel la CISE a été représentée, transmettant un message d’amitié de son président.